Vom Geheimnis des Glockenturms (VF)

Le CEP possède un exemplaire du second numéro de la revue éphémère (neuf numéros) Port-des-Singes, fondée par le poète Pierre-Albert Jourdan en 1974, avec le concours de l’écrivain Roger Munier, disciple et ami de Heidegger.

Capture d’écran 2016-02-10 à 15.44.12

Ce second numéro contient une traduction française passée inaperçue d’un petit texte bien connu de Heidegger intitulé « Vom Geheimnis des Glockenturms », rédigé en 1954 (publié une première fois en 1969, puis repris en GA 13, pp. 113-116). Cette traduction autorisée a été réalisée par Henri-Xavier Mongis, ancien participant aux Séminaires de Zähringen avec Jean Beaufret, Jacques Taminiaux, François Fédier et François Vezin.

Capture d’écran 2016-02-10 à 15.52.06Capture d’écran 2016-02-10 à 15.52.17

 

Les historiens et biographes ont toujours eu tendance à verser ce texte au dossier de la Heimat (voir encore récemment G. Payen, Martin Heidegger. Catholicisme, révolution, nazisme, Paris, Perrin, 2016). Mais Jean Greisch a montré dans Ontologie & temporalité (p. 5) qu’il était possible d’en faire également une lecture philosophique : « Dans ce récit d’enfance, le fils du Sacristain de l’Eglise de Sankt Martin de Messkirch se dépeint manifestement lui-même dans ce qui fut le <monde ambiant> (Umwelt) de son enfance ». On y lit « quelques-uns des motifs déterminants de la pensée heideggérienne : le motif de la <fugue> (…), la mort comme <écrin de l’être>, l’importance accordée à l’expérience temporelle (…) et le phénomène le plus originaire du langage, la grande Voix de l’être qui parle aux humains à travers son pouvoir de rassemblement (…) ».

schloss_messkirch_freizeit_14

 

Jean-Luc Nancy in Leuven

Coming soon! Professor emeritus Jean-Luc Nancy (Université de Strasbourg) is coming to KU Leuven on the 1st and the 2nd of March, 2016. He will give a public lecture (« Le présent du temps ») and conduct two seminars for advanced students (one on « Art and Politics », the other on « The Deconstruction of Christianity »). Don’t miss the opportunity! More info here.

Capture d’écran 2016-01-24 à 15.37.31

Fink, Van Breda & Taminiaux

Fink-LebensbildG. Van Kerckhoven, R. Fink et A. Ossenkop ont publié en 2015, aux éditions Alber, un monumental ouvrage sur la vie et l’oeuvre d’Eugen Fink (1905-1975): Lebensbild des Freiburger Phänomenologen. Après une longue introduction en forme de biographie (p. 13-73), les auteurs « légendent » plus de 1500 documents personnels et philosophiques : photos, diplômes, lettres, manuscrits, tapuscrits, notes, etc. Les relations avec les Archives Husserl y tiennent une bonne place. Le document 942, reproduit ci-dessous, est une lettre de mai 1958 adressée à Fink par le Père Van Breda et Jacques Taminiaux, respectivement Président et Secrétaire de la collection Phaenomenologica. Fink est invité à confirmer sa participation au volume d’hommage à Husserl qui deviendra le n°4 des Phaenomenologica : Edmund Husserl (1859-1959). Recueil commémoratif publié à l’occasion du centenaire de la naissance du philosophe, avec une étude de Fink intitulée « Die Spätphilosophie Husserls in der Freiburger Zeit » (p. 99-115), issue d’une conférence prononcée à Freiburg. Il n’est peut-être pas inutile de rappeler que Fink fut l’auteur du tout premier numéro des Phaenomenologica paru en 1958 : Sein, Wahrheit, Welt.

Capture d’écran 2016-01-28 à 14.09.49

Hering, Phänomenologie als Grundlage der Metaphysik? (1917)

La dernière livraison des Studia Phaenomenologica (vol. XV, 2015, D. Moran & R. Parker eds.) contient un texte inédit de l’un des premiers disciples de Husserl, le philosophe et théologien strasbourgeois Jean Héring, intitulé : « Phänomenologie als Grundlage der Metaphysik? » (« La phénoménologie comme fondement de la métaphysique ? »). Ce texte datant de 1917 a été retrouvé dans le fonds Hering conservé à la Médiathèque protestante de Strasbourg, actuellement en cours d’inventaire. Le texte allemand a été édité par Sylvain Camilleri (UCL & KUL). Il est assorti d’une traduction anglaise d’Arun Iyer (Seattle University) et précédé d’une brève introduction signée de l’éditeur et du traducteur.

Capture d’écran 2016-01-27 à 07.13.23

pdf2image

Chercheur visiteur

JimmyJimmy Hernandez Marcelo est doctorant en philosophie à l’Université Pontificale de Salamanque (Espagne), en co-tutelle avec l’Université de Turin (Italie). Il réalise une thèse intitulée Les « recherches phénoménologiques » du jeune Derrida. Cette thèse se concentre sur le concept d’écriture dans les premiers écrits derridiens (1954-1967) et entend montrer que son émergence est le fruit d’une lecture épistémologique de l’œuvre husserlienne et d’une vision globale de la phénoménologie comme système. Ses recherches entendent ainsi faire la lumière sur un moment décisif de la seconde phase de la réception de la phénoménologie en France.

Jimmy bénéficie d’une bourse Erasmus + qui lui permet d’être chercheur visiteur au CEP durant l’année académique 2015-2016. Il présentera l’état de ses recherches au cours de l’année dans le cadre des activités de l’Institut supérieur de philosophie.

 

Biemel, Heidegger et le monde

walter-biemel90Les éditions Vrin ont fait paraître en 2015 une deuxième édition (à peine modifiée) de la très belle étude du regretté Walter Biemel (mort en mars de la même année) : Le concept de monde chez Heidegger. Ce travail achevé à Louvain en dialogue avec  Alphonse de Waehlens et qui fut traduit avec l’aide de Jean Ladrière, a particulièrement bien vieilli. En dépit des nombreux textes de Heidegger parus depuis, il conserve en effet toute son actualité. En témoigne de manière quelque peu paradoxale le fait que le « concept de monde » reste, aujourd’hui encore, des plus problématiques. Monde-BiemelMarlène Zarader l’a redit dans son recent commentaire de la première section d’Être et Temps, en le qualifiant de « présupposé » (p. 405) inexpliqué, dans le maître-ouvrage de 1927 et peut-être même au-delà: « tout renvoie au monde et le suppose, sans que le monde, lui, ne renvoie à rien (sinon au Dasein) ». L’ouvrage de Biemel ne permet certes pas de lever le voile sur les ambiguïtés du concept de monde chez Heidegger, mais par les analyses particulièrement fines et claires qu’il propose, il donne des outils précieux pour ceux qui auraient l’intention de remettre l’ouvrage sur le métier.

 

Le « Cabinet »

Le « Cabinet » est un local réservé à l’intérieur de la Bibliothèque du Centre d’études phénoménologiques, qui abrite entre autres documents de valeur les transcriptions des manuscrits de Husserl. La bibliothèque de ce dernier y a été reconstituée en grande partie grâce au patient travail du Professeur Heinz Leonardy. Sont aussi mises à disposition de nombreuses traductions (anglaises, chinoises, espagnoles, françaises, japonaises, etc.) des oeuvres de Husserl et de Heidegger ainsi que l’intégralité de la collection « Phaenomenologica ».  Le Cabinet dispose d’un ordinateur doté d’une bibliothèque virtuelle en cours de constitution et d’un scanner avec un logiciel de reconnaissance de caractères. Les horaires des permanences sont disponibles à cette adresse.

FullSizeRender[2]

Bibliotheca husserliana

cropped-IMG_1115-e1450173669964.jpg

Transcriptions des manuscrits de Husserl (groupes A à K)

FullSizeRender

L’espace de travail